Placement invest

Utilité d’1 CGPI

0

Un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant : Pourquoi faire ?

Pour la plupart des gens, compte tenu de la multitude des placements offerts, il n’est pas aisé de gérer et faire fructifier son épargne au mieux de ses intérêts. En effet, avec le temps, les choses se sont complexifiés et nécessite de plus en plus :

  • De connaissances
  • D’informations
  • D’analyse

Face à ce défi, avoir recours à un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant (CGPI) peut s’avérer très utile. En effet, celui-ci vous aidera dans votre prise de décision quant à l’orientation de vos investissements tant d’un point de vue financier, que fiscal et juridique.  Tel un médecin, c’est un généraliste du patrimoine qui doit avoir une vision globale de la situation de son client afin de préconiser un traitement approprié et individualisé.

Qu’est-ce qu’un CGPI ?

Il s’agit d’un expert de la gestion de patrimoine dont le métier est l’ingénierie financière au travers de la recherche des meilleurs solutions d’optimisation patrimoniales et financières pour le client, selon ses besoins, et au moment le plus opportun.

A la fois généraliste du patrimoine et spécialiste du conseil, le CGPI intervient dans les domaines patrimoniaux tels que :

  • Immobilier
  • Produits financiers et assurance vie
  • Défiscalisation
  • Retraite et succession
    Le CGPI n’est pas omniscient et à ce titre il lui arrive de travailler de concert avec d’autres experts (notaires, avocats, experts comptable, …).

L’appellation de Conseil en Gestion de Patrimoine (CGP) n’a aucune existence légale puisqu’aucune réglementation n’encadre cette activité globale. Par contre, le conseil en gestion de patrimoine devra se conformer à la loi de sécurité financière N°2003-706 du 1er août 2003 qui réglemente les compétences suivantes :

  • Compétence Juridique Appropriée (CJA)
  • Courtier en assurance
  • Intermédiaire en Opération de Banque et en Service de Paiement (IOBSP)
  • Agent immobilier
  • Conseiller en Investissement financier (CIF)
 A noter que la majorité des CGPI disposent du statut de Conseiller en investissement financier (CIF). Ce statut vise à renforcer la protection des investisseurs par un meilleur encadrement des conditions de commercialisation des produits financiers. Il est soumis à un certain nombre d’obligations et d’interdictions et est contrôlé par l’autorité des marchés financiers (AMF). A défaut, fuyez ceux qui ne sont pas immatriculés à l’ORIAS (www.orias.fr ), le registre unique des intermédiaires en Assurance, Banque et Finance, qui recense tous ceux qui respectent les conditions d’exercice. 

Contrairement aux compagnies d’assurance et aux grands groupes bancaires qui cherchent à placer prioritairement leurs propres produits, le CGPI ne dépend d’aucun organisme financier. Son indépendance garantie son impartialité vis-à-vis de la solution préconisée. En effet, en amont, il évaluera l’ensemble des produits et placements du marché et proposera ceux qui sont en adéquation avec le profil de son client et en fonction des besoins exprimés par celui-ci. De ce fait, son approche est élargie par rapport aux banques ou aux assureurs (travaille et défend les intérêts de son client).

Le CGPI accompagne son client dans toutes les étapes de sa vie afin de définir et dynamiser sa stratégie patrimoniale (placer son argent, préparer sa retraite, etc…).

Quel est le coût d’un CGPI ?

Il peut être rémunéré sous la forme d’honoraires, dont les modalités sont précisées par une lettre de mission préalable, et/ou par une rémunération liée aux investissements.

Quels sont les avantages d’un CGPI ?

La réglementation, sous le contrôle conjoint de l’AMF et de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de résolution (ACPR), codifie les relations entre le client et son Conseiller sous la forme de documents spécifiques. Cela permet de préciser les obligations de chacune des parties et vise à clarifier les informations remises au particulier.

Lors du 1er entretien, le Conseiller est tenu de remettre à son interlocuteur le Document d’Entrée en Relation (DER) qui comprend les informations suivantes :

  • Attestation de son statut et numéro d’enregistrement (compétences et habilitations)
  • L’association professionnelle dont il dépend ou le cas échéant un statut de démarcheur
  • Les liens d’affaires avec ou plusieurs établissements promoteurs de produits financiers (liste de ses partenaires)

Après cette formalité, le CGPI doit s’attacher par ses questions à découvrir son client et ses attentes. L’établissement d’une lettre de mission formalise les informations obtenues et définit le cadre de l’intervention du Conseiller :

  • Situation financière
  • Connaissances et expériences en matière d’investissement
  • Objectifs et horizons d’investissement
 Cette étape intervient avant tout type de conseils donné par le CGPI. En effet, les préconisations découlent de la lettre de mission. 

A noter que le CGPI doit formaliser les conseils préconisés par un rapport écrit qui détaille et justifie ses propositions en précisant leurs avantages et les risques qu’ils comportent (doit être en adéquation avec le profil risque du client).

De ce fait, le conseiller doit s’attacher à :

  • Diagnostic et approches personnalisées :

Le diagnostic posé par le conseiller est spécifique et propre à son client. A ce titre, il est primordial de définir avec précision la tolérance au risque de celui-ci (niveau de risque accepté pour ses placements) et d’analyser les objectifs recherchés afin de pouvoir proposer des solutions personnalisées et optimisées.

  • Définir les objectifs recherchés :

Il est déterminant de s’attacher à définir de manière précise les objectifs du client afin d’amener des solutions adaptées à sa situation. Cette étape est essentielle car le Conseiller va pouvoir identifier les attentes de son client en fonction de ses besoins ou envie (création ou valorisation d’un patrimoine financier ou immobilier, protéger sa famille, etc…). Il pourra aider son interlocuteur à les formuler de façon plus concrètes.

  • Source d’information, force de proposition et stratégie :

Le CGPI est à l’écoute de son client. A ce titre, il répond à ses questions ou interrogations et fournit toutes les explications sur les concepts et stratégies adéquats à mettre en place. De ce fait, il l’accompagne dans la réalisation de ses objectifs.

  • La sélection de placements spécifiques et adaptés :

En fonction des étapes de vie et du profil de risque de son interlocuteur, le Conseiller sélectionnera des placements adaptés. Il apportera également des solutions diversifiées afin de mieux optimiser le couple rendement/risque, tout en répondant aux objectifs de son client.

  • Un partenariat solide et durable :

La relation du Conseiller et son client repose sur une notion une confiance mutuelle (confidentialité, transparence, objectifs patrimoniaux). L’honnêteté et une bonne communication sont à la base d’un partenariat solide. Cela se traduit par un accompagnement régulier sur le long terme, un suivi adapté (informer sur une nouvelle disposition fiscale, l’évolution des marchés, etc…) et effectuer les éventuels ajustements nécessaires.

Que se passe t’il en cas de litige ?

Dans le cas où un CGPI, en raison de choix discutables ou non conforme avec les objectifs fixés, le client a un recours. En effet, en tant que professionnel, le conseiller est tenu de souscrire auprès d’un assureur une garantie financière. Celle-ci peut être déclenchée en cas de préjudice causé afin d’indemniser l’investisseur. A noter qu’en cas de désaccord, il est possible de saisir le syndicat professionnel du Conseiller (commission d’arbitrage ou médiateur). A défaut, il est aussi possible de s’adresser au médiateur de l’AMF. Faute d’obtenir satisfaction, en dernier recours, le client pourra saisir le tribunal compétant qui tranchera le litige.

Le Conseiller est tenu à une obligation de moyens et non de résultats. En terme clair, celui-ci doit pouvoir prouver qu’il a mis en œuvre tous les moyens humains et techniques nécessaires à la gestion des affaires de son client (vérification du faiseur, remise rapport écrit au client, …).   

Pour conclure :

S’adresser à un CGPI est une véritable alternative aux conseillers bancaires dont trop souvent la formation est perfectible d’où un mécontentement croissant des clients vis-à-vis de ces établissements financiers. Le statut de Conseil en Investissement Financier (CIF) permet d’encadrer l’exercice de cette profession par un ensemble de règles et de garanties. En effet, cela permet de consacrer le professionnalisme des CGPI exerçant cette activité en renforçant la protection des clients. En ce sens, il se distingue fortement des spécialistes mono-fournisseurs ou mono-produit (agent immobilier, courtier, …).

Contrairement à une idée reçue, avoir recours à un CGPI n’est pas l’apanage des gens fortunés. En effet, il n’y a pas de minimum requis ou imposé pour s’adresser à un Conseiller.

laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire