Placement invest

SOFICA

0

Les SOFICA : la réduction d’impôt du 7ème art

soficaLes Sociétés de Financement de l’Industrie Cinématographique et de l’Audiovisuel (SOFICA) sont destinées à collecter des fonds privés qui sont consacrés exclusivement au financement de la production cinématographique et audiovisuelle. Elles font l’objet d’un agrément préalable de la part de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Leur nombre est limité car elles doivent être agréées par le Centre National du Cinéma (CNC).

Au-delà de l’avantage fiscal, l’épargnant qui investit dans ce placement participe au rayonnement artistique et culturel français.

Des SOFICA ont participé au financement de succès du Box-office tels que : « Intouchables », « Mais qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ! », « Des hommes et des dieux », « Les femmes du 6e étage », « Yves Saint Laurent »,…

Avantages et inconvénients :

Avantages

Inconvénients

  • Investir dans le cinéma et l’audiovisuel
  • Diversification du patrimoine
  • La base de la réduction d’impôt est composée des sommes versées, frais de souscription inclus.
  • Réduction d’impôt de 30 % pour les investissements réalisés depuis 2012 des sommes in
  • Réduction d’impôt égale à 30% des sommes versées. Majoration de 20% (soit une réduction d’impôt de 36%) lorsque la SOFICA s’engage à réaliser au moins 10% de ses investissements directement dans le capital de sociétés de réalisation avant le 31 décembre de l’année suivant celle de la souscription.
  •  Conserver les parts jusqu’au 31/12 de la 5ème année suivant celle du versement de la souscription
  • Placement soumis au plafonnement global des niches fiscales à hauteur de 18 000 €
  • Aucune garantie de rendement (gain aléatoire liée au succès des œuvres financées).
  • Pas éligible au PEA
  • Aucune vérification de l’intérêt économique de l’œuvre cinématographique ou audiovisuelle par les organismes chargés de l’agrément des SOFICA.
  • Montant de l’enveloppe fiscale allouée aux SOFICA est limitée.
  • Si la réduction d’impôt excède celui de l’impôt, la fraction non imputée est perdue (pas de report sur l’année N+1)

Remise en cause de l’avantage fiscal en cas de donation ou de cession onéreuse des titres avant l’échéance.

laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire