Placement invest

Les Trackers

0

image004Les encours mondiaux de trackers ont dépassés 1 000 milliards de dollars et leur nombre ne cesse d’augmenter aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Ils occupent une place de choix dans les instruments financiers utilisés (prioritairement par les investisseurs institutionnels) mais également dans un nombre croissant d’assurance vie.

Face à ce constat, il parait intéressant d’étudier plus précisément ce qu’est cet instrument financier.

Qu’est-ce qu’un tracker ?

Les trackers que l’on nomme en anglais ETF (Exchange-Traded Fund) sont des fonds d’investissements représentant des paniers de valeurs qui se négocient en Bourse comme les actions.

Ils suivent à la trace la performance d’un indice représentatif d’un ensemble de valeurs (ex : CAC40 en France ou l’Indice EURO STOXX 50 en Europe), d’un actif (ex : matières premières), un secteur ou une stratégie sans avoir le besoin d’acquérir une multitude de lignes.

En France, les trackers sont classés en quatre catégories :

  • Les ETF sur indices de marché (ex : CAC40 en France ou l’Indice EURO STOXX 50 en Europe)
  • Les ETF sur indices de matières premières.
  • Les ETF sur indices de stratégie (répliquent des styles de gestion, comme la « gestion value » par exemple).
  • Les ETF actifs (Ne reproduisent pas seulement l’évolution d’un indice de référence. On retrouve des fonds à effet de levier, à capital protégé, et des fonds affichant une performance inverse de l’indice).

Ils ressemblent à des fonds indiciels mais ont d’importantes différences par rapport à eux. Contrairement aux Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) classiques, les trackers sont négociables en continu de 9h05 à 17h35 à Euronext Paris(segment Next Track).

Comment est émis un ETF ?

Les trackers sont émis par des organismes financiers qui y placent les titres composant l’indice de référence, en pondérant ceux-ci en fonction de leur flottant. Dans le cas d’un ETF dont la référence est l’indice CAC40, celui-ci investit sur toutes les actions qui composent l’indice en fonction du nombre d’actions existantes de ces valeurs.

Comment acheter ou vendre les Trackers ?

Contrairement aux OPCVM classiques, les trackers se négocient comme les actions. En effet, il suffit de passer un ordre d’achat ou de vente auprès d’un Prestataire de Services d’Investissement (ex : Etablissement bancaire ou courtier en ligne). Celui-ci est transmis sur le marché boursier et il est exécuté si les modalités définis par l’épargnant sont remplis.

Les types d’ordre applicables aux ETF sont l’ordre à cours limité, l’ordre « stop » et l’ordre à « révocation ».

Ils sont négociables à partir d’un compte-titres ordinaire ou d’un PEA (selon le pourcentage du sous-jacent qui est éligible au PEA).

Ils peuvent également être disponibles au SRD (Service de Règlement Différé) avec un effet de levier.

 

Comment se valorise un ETF ?

La valorisation d’un tracker va dépendre des éléments suivants :

  • La valeur liquidative :

Il s’agit du prix obtenu en divisant le montant global du portefeuille, valorisé à la valeur du marché et diminué des dettes, par le nombre de parts. Puisque l’ETF est constitué dans les mêmes proportions des valeurs de l’indice, il réplique son indice de référence.

  • La valeur du marché :

Les trakers étant cotés en continu sur le marché, leurs prix vont varier en fonction de l’offre et de la demande.

Avantages et inconvénients :

Avantages Inconvénients
les ETF ont des frais moins élevés que ceux des fonds traditionnels, y compris des fonds indiciels.

Permet de se diversifier en donnant la possibilité d’investir sur tout un marché au lieu de choisir des actions.

Possibilité de spécialisation (investissement dans des secteurs très spécialisés).

Pas de minimum de souscription.

S’échangent tout le long de la journée.

Permet d’accéder à des sous-jacents variés (indices obligataires, étrangers et matières premières).

Les trackers peuvent être détenus sans limite de temps.

Permet de percevoir des revenus (dividendes).

Ils n’offrent pas l’opportunité de surperformer le marché contrairement à certains OPCVM qui sont élaborés pour surperformer le marché (bien qu’ils soient aussi susceptibles de sous-performer).

En achetant et vendant de manière fréquente, l’investisseur peut accumuler de nombreux frais qui vont entamer ses gains potentiels.

Fiscalité :

Elle dépend selon si l’ETF est sur un compte titre ordinaire ou sur un PEA (enveloppe fiscale).

  • Sur un compte titre :

  • Les dividendes :

Ceux-ci sont versés au niveau du panier d’actions. Ils seront reversés de façon groupés directement à l’investisseur une à deux fois par an. Ils sont soumis à l’impôt sur le revenu après un abattement de 40%. Ils supportent une retenue à la source de 21 % qui viendra minorer l’impôt dû. A cela, il faudra rajouter 15,5% de prélèvements sociaux.

  • Les plus-values :

Elles sont imposées dès le 1er euro de cession et les gains au barème progressif de l’impôt sur le revenu. A cela, il faudra rajouter 15,5% de prélèvements sociaux.

Les moins-values s’imputent sur les gains de même nature et peuvent être reportées pendant 10 ans.
  • Sur un PEA :

Certains ETF sont éligibles au Plan d’Epargne en Actions (PEA). Actuellement, près des 2 tiers des trackers cotés à Paris sont éligibles au PEA. A ce titre, ils peuvent bénéficier de la fiscalité applicable à cette enveloppe. Pour de plus amples information ; merci de consulter l’article consacré au PEA.

Pour conclure :

Les ETF ont l’avantage d’offrir la possibilité d’investir sur toutes les actions composant un indice boursier en n’achetant qu’un seul titre. De plus, il est moins risqué d’acheter un tracker sur un indice plutôt qu’une seule valeur rentrant dans l’indice pour le même montant. En effet, cet instrument financier permet un investissement plus diversifié. Ce peut être un excellent moyen de s’initier aux marchés financiers. Comme pour tous placements, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Cela dépendra de votre goût du risque.

L’investissement dans les ETF, comme pour tous produits financiers, nécessite de bien s’informer et de connaître le fonctionnement du produit au préalable. De ce fait, Il faut bien comprendre les mécanismes sous-jacents et les risques encourus.
laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire