Placement invest

Les terres rares

0

Les terres rares : Or du XXI siècles ou investissement spéculatif ?

TERRESQui n’a pas reçu sur sa boite mail une publicité au rendement plus qu’alléchant sur l’investissement dans les terres rares.

Compte tenu des sollicitations commerciales répétées, examinons de plus près ce type d’actif.

Généralité :

Les matières premières sont des biens tangibles non transformées provenant de mines, de forage ou issues de l’agriculture. Elles offrent aux investisseurs un moyen de diversification avec un potentiel de rendement attractif.

Qu’est que les terres rares ?

Elles regroupent 17 métaux : le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides (Lanthane, Cérium, Praséodyme, Néodyme, Prométhium, Samarium, Europium, Gadolinium, Terbium, Dysprosium, Holmium, Erbium, Thulium, Ytterbium, et Lutécium).

« Les terres rares », contrairement à ce que l’on peut penser, ne sont pas si rares que ça (abondantes dans la croute terrestre). Ce qui en fait leur rareté, c’est la difficulté d’isoler ces métalloïdes de l’uranium ou du thorium et de les séparer entre eux au cours du processus d’affinage.

Elles sont devenues indispensables car utilisées dans d’innombrables objets High Tech, batteries de voitures électriques et hybrides, LED, énergies renouvelables, l’industrie de la défense, etc. On ne compte plus, tant l’utilisation des « terres rares » est présente dans bon nombre de domaines.

En 2014, on estime qu’environ 98 % de la production mondiale de terres rares provient de Chine, soit une situation de quasi-monopole.

 Comment investir ?

 Si certaines sociétés permettent d’investir en direct dans les « terres rares », Il est aussi possible d’investir via des tracker (Exchange Traded Fund). Dans ce cas, vous misez sur la hausse du cours de Bourse de sociétés minières actives dans les terres rares.

 Les risques :

Les matières premières, comme tout investissement minier, sont des placements risqués. En effet, l’investisseur s’expose à plusieurs facteurs :

  • La croissance mondiale
  • La géopolitique
  • La météorologie
  • Progrès technologiques (sensibilité des terres rares)

Depuis l’extraordinaire envolée des prix des terres rares (ex : + 2 000 % pour l’europium) ; celles-ci n’ont cessé de chuter. En effet, les problèmes environnementaux font que pour une question d’image les entreprises industrielles réduisent leurs besoins au profit de nouvelles technologies (la recherche en matière de substitution avance progressivement). C’est le cas dans les énergies renouvelables avec l’utilisation de nanotechnologies. De plus, l’exploitation de gisements de terres rares en devient de fait moins rentable.

 Il convient donc de prendre particulièrement des précautions quand on envisage d’investir dans ce type d’actif. Par principe, le placement dans les matières premières peut avoir un intérêt car elles ont une faible corrélation avec les actifs financiers. Toutefois, limiter son investissement dans une fourchette de 5 à 10 % maximum (but de diversification et pas de spéculation).

Fiscalité :

Les « terres rares » ne sont pas des métaux précieux. De ce fait, fiscalement elles rentrent dans la catégorie biens-meuble. L’investisseur doit simplement déclarer la plus-value à la revente.

Pour conclure :

C’est l’évolution technologique qui a provoqué une hausse très rapide de la demande de « terres rares ». De plus, la mise en place de quotas par la Chine a fait que les cours se sont envolés à un moment donné (plus de restriction à l’exportation depuis).

Les tensions sur le marché ont depuis disparu compte tenu de projets miniers dans le monde (Australie, Inde, Russie ou encore Groenland). A terme, il y aura sans doute des risques de surproduction.

De plus, si cet actif représente un investissement d’avenir ; il ne faut pas oublier que l’évolution technologique peut réduire le besoin. En effet, la Recherche et Développement a permis déjà de réduire la consommation de terres rares, dans les aimants notamment. En effet, le Japon a réussi à produire un aimant à base de ferrite qui affichait des performances proches de celles des aimants en terres rares (primordial dans l’éolien).

Comme tout investissement, il est important de se poser la question de savoir si on rentre au bon moment sur un marché… d’autant que celui des « terres rares » est particulièrement volatil.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) rappelle qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé. Avant tout investissement de ce type, reportez-vous sur le site http://www.amf-france.org ou contacter l’équipe d’AMF Epargne info service au 01 53 45 62 00 du lundi au vendredi de 9h à 17h.

 Compte tenu de mes propos, il parait important de vous faire aider par un Conseiller en Investissement Financier (CIF) qui définira avec vous si ce type d’investissement est adapté à vos attentes et vos objectifs.

 Dans le cadre d’une meilleure protection des investisseurs, la loi de sécurité financière n° 2003-706 du 1er août 2003 a créé un nouveau statut spécifique : le conseiller en investissements financiers (CIF). Son activité est contrôlée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). A ce titre, il possède une couverture en Garantie Financière et Responsabilité Civile Professionnelle.
laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire