Placement invest

Les obligations à taux variable :

0

 

Ce type d’obligation a vu le jour à une époque où l’inflation était galopante ce qui rendait plus difficile l’émission d’emprunt à taux fixe. Afin de remédier à ce problème, les obligations à taux variable ont été créées. En effet, elles offraient aux émetteurs la possibilité sur la durée de profiter d’une éventuelle baisse des taux du marché.

Qu’est-ce qu’une obligation à taux variable ?

Il s’agit d’obligations dont le coupon versé varie selon l’évolution des taux d’intérêt au cours d’une période donnée (annuellement, semestriellement, etc…).

Le cours du titre de créance n’évolue pratiquement pas puisque l’incertitude réside dans les rendements des coupons. En effet, les mouvements de taux d’intérêt suivent l’évolution du taux de référence précisé lors de l’émission. De ce fait, ils sont intégralement répercutés sur le coupon.

Quels sont les taux de référence possibles ?

Il existe de nombreux taux de référence possibles : le TMO, le TME et le TMM et l’Euribor, etc…

Je vais aborder ci-dessous les indexations les plus courantes.

       a- Les indexations obligataires :

  • Le taux du marché obligataire (TMO) : il s’agit de la moyenne mensuelle des taux hebdomadaires du marché primaire des obligations émises pour une durée supérieure à sept ans. Ce taux est calculé sans prendre en compte les frais générés par l’émission des titres obligataires. Il est rendu public par la caisse des dépôts et consignations (CDC).
  • Le taux moyen mensuel des emprunts d’Etat (TME) : il s’agit du taux de rendement sur le marché secondaire des emprunts d’Etat à taux fixe supérieurs à 7 ans. Il est calculé en effectuant la moyenne arithmétique des Taux Hebdomadaires des emprunts d’Etat (THE) publiés chaque semaine au cours du mois correspondant. Il est publié chaque mois, avec deux décimales, par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC).

        b-Les indexations monétaires :

  •  Euribor (Euro Interbank Offered Rate) : Il s’agit du taux de référence du marché monétaire de la zone euro. Il correspond à la moyenne arithmétique des taux bancaires européens pour une échéance donnée (1 semaine à 1 an). Cet indice est publié par la Fédération bancaire de l’Union européenne à partir des taux fournis quotidiennement par 64 banques européennes de premier plan.
  •  Libor (London Interbank Offered Rate): Il s’agit du taux de référence du marché monétaire observé à Londres. Il est publié par la British Bankers’ Association. Il correspond à la moyenne arithmétique des taux offerts à Londres sur le marché interbancaire pour une échéance déterminée (de 1 jour à 12 mois). Contrairement à l’Euribor, le Libor est calculé pour 10 devises différentes dont la livre sterling et l’euro.

Les avantages et inconvénients :

En Bourse, le cours des obligations variables est peu sensible à l’évolution des taux d’intérêt. En effet, le coupon s’ajuste au bout d’un délai variable sur son taux de référence fixé lors de la signature du contrat. De ce fait, les cours de ces titres de créance, en principe, ne peuvent pas baisser au-delà du nominal, mais qu’à l’inverse, ils ne peuvent guère s’élever au-dessus.

A noter que les considérations de marché peuvent provoquer des décotes ou surcotes selon si l’obligation est délaissée ou recherchée par les investisseurs.

En période de hausse des taux ou d’anticipation d’un tel mouvement, il est préférable d’acquérir des obligations à taux variable. En effet, cela permettra d’augmenter la rémunération de son actif. De plus, contrairement à l’obligation à taux fixe, le titre ne subira pas de décote.

A contrario, en période baissière des taux ou d’anticipation d’un tel mouvement, les obligations à taux variable peuvent souffrir d’une désaffection des investisseurs dû au regain d’intérêt pour les obligations à taux fixe. En effet, celle-ci redeviennent beaucoup plus intéressantes.

Fiscalité :

Les revenus et produits des obligations sont de deux types :

  • Les revenus fixes (coupons, primes et lots) : donnent lieu à l’imposition sur le revenu. Le régime fiscal appliqué est celui des placements à revenu fixe.
  • Les plus-values de cession: imposables également à l’impôt sur le revenu au barème progressif.

Pour les obligations françaises : Merci de vous reporter à l’article « Fiscalité des valeurs mobilières » (cf : www.placementinvest.com )

Pour les obligations étrangères : pas de restitution d’une éventuelle retenue à la source (sauf convention internationale particulière).

   

Pour conclure :

Ce type d’actif peut offrir des avantages, notamment pour profiter de la montée des taux. Toutefois, il est source d’inconvénients en période de taux bas.

Quelques conseils :

– N’investissez pas l’épargne dont vous aurez besoin à court terme. Il est important que l’échéance de l’obligation soit en adéquation avec vos objectifs d’investissement (durée et finalité).

– Avant d’investir, informez-vous sur l’entité émettrice et l’opération (prospectus soumis au visa de l’AMF).

– Si vous souhaitez éviter les risques de taux et de liquidité, il vous faudra conserver votre obligation jusqu’à l’échéance.

– Pensez que toute revente d’une obligation avant son échéance peut entraîner un gain ou une perte. 

     

 

 

 

 

 

 

laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire