Placement invest

Les frais

0

Assurance vie : Quels sont les différents frais ?

Tous les contrats d’assurance vie comprennent différents frais. On distingue généralement 3 grands types de frais :

  • Les frais d’entrée
  • Les frais de gestion
  • Les frais d’arbitrage (uniquement pour les multisupports)

A cela peut se rajouter d’autres frais selon le contrat ou le choix de l’épargnant (ex : rente). Le montant de ces frais diffère d’un assureur à l’autre. L’ensemble de ces frais sont un des éléments à prendre en considération lors de la souscription d’un contrat d’assurance-vie. En effet le niveau des frais du contrat impactera directement sur le capital généré au terme du contrat.

Afin de vous permettre de mieux comprendre les différents frais, il est important de les passer en revue.

Les frais d’entrée (ou/et sur versements) :

Ce sont les frais les plus visibles puisqu’ils sont prélevés au moment de la souscription de l’assurance vie et des versements complémentaires. Le capital investi et les montants versés sont diminués des frais ce qui donne l’épargne nette investie.

On trouve une grande disparité d’une assurance vie à l’autre.

Dans le cadre de la loi relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d’assurance vie en déshérence ; le législateur en a profité pour ajouter un alinéa à l’article L 132-22-1 du code des assurances concernant les frais. En effet, celui-ci précise que «Le montant des frais à l’entrée et sur versement mis à la charge de ce dernier au cours d’une année donnée ne peut excéder 5 % du montant des primes versées cette même année ».

Les frais de gestion :

Ces frais sont différents des frais de souscription. Ils varient, en général, entre 0,6 à 0,9 % du montant investi et sont prélevés chaque année. Ils sont en principe déjà intégrés dans le taux de rendement annuel de l’assurance vie qu’affichent les assureurs.

Pour les fonds euros, ces frais sont prélevés sur les intérêts crédités au 31 décembre de chaque année.

Pour les Unités de Compte (UC), les frais de gestion sont prélevés sur le nombre de parts acquises.

Les frais d’arbitrage :

Ce type de frais ne concerne que les multisupports (investi en euros et en Unités de Compte). Ils sont prélevés sur les fonds qu’on transfère d’un support à un autre (ex : fonds euros vers OPCVM actions). Selon les contrats les frais varient mais ne dépassent pas les 1 %. Certaines compagnies d’assurance offrent un arbitrage gratuit par an.

Les frais sur arrérages :

Ces frais s’appliquent dans le cadre où l’épargnant souhaite convertir son capital en rente. Ils sont prélevés sur chaque versement de rente. A noter, que dans la plupart des cas, les compagnies d’assurance les expriment en pourcentage du montant versé.

Attention aux « coûts cachés » : certains contrats ajoutent les droits d’entrée sur le support sélectionné aux frais d’arbitrage proprement dit.

Les frais de sorties :

Ce type de frais est très peu répandu sur les nouveaux contrats. Toutefois, il peut arriver que certains assureurs continuent ce genre de pratique.

Evitez de souscrire à un contrat d’assurance vie qui a ce type de disposition (cf. conditions générales). En effet, ceux-ci s’appliquent à la totalité de l’épargne et aux intérêts (impact important).

Pour conclure :

Si les performances d’hier ne garantissent pas les performances de demain ; il est certain que les frais peuvent « plomber » de façon durable les rendements de votre assurance vie.

Evitez les contrats à versements programmés avec des frais précomptés. En effet, ceux-ci sont perçus d’un seul coup sur la ou les premières primes. Dangereux en cas d’interruption anticipée du contrat.

Des frais de gestion élevés sont défavorables sur le capital à moyen/long terme. Optez plutôt pour une assurance vie avec des frais de gestion peu importants et des frais de versements plus élevés. En effet, cette répartition vous sera plus favorable à terme.

Compte tenu de mes propos, il parait important de vous faire aider par un Conseiller en Investissement Financier (CIF) qui définira avec vous l’assurance vie la mieux adapter en terme de frais et d’allocation d’actifs. Il vous trouvera sur le marché le contrat répondant à vos attentes et vos objectifs.

 

Dans le cadre d’une meilleure protection des investisseurs, la loi de sécurité financière n° 2003-706 du 1er août 2003 a créé un nouveau statut spécifique : le conseiller en investissements financiers (CIF). Son activité est contrôlée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). A ce titre, il possède une couverture en Garantie Financière et Responsabilité Civile Professionnelle.
laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire