Placement invest

Le vin

0

image001Le vin : Un art de vivre et de la patience

Pour nous français, le vin est par excellence synonyme d’art de vivre et de plaisir épicurien. Chaque année, à la même période, on assiste à l’arrivée des foires aux vins où les amateurs assouvissent leur passion pour le nectar de Bacchus.

L’investissement dans le vin est un placement plaisir et peut constituer une forme de diversification de son patrimoine. Avec la crise financière de 2007/2008, les épargnants se sont éloignés des placements financiers en quêtent d’investissements « atypiques » rentables. En effet, l’indice WineDex 100 (comprend les vins les plus représentatifs du vignoble français) fait apparaitre une surperformance sur les 10 dernières années par rapport au CAC40 (indice Bourse de Paris). Toutefois avant de placer de l’argent dans le vin et espérer atteindre l’ivresse des sommets, il est essentiel de comprendre le marché mondial.

Un marché mondial :

Selon l’étude réalisée par le cabinet IWSR (International Wine and Spirits Research) pour le dernier salon Vinexpo, la consommation s’annonce en hausse d’un milliard de bouteilles par an d’ici cinq ans et devrait s’accélérer à partir de 2018. A titre indicatif, la consommation mondiale de vin a progressé de 2,7% entre 2009 et 2013 pour s’établir à plus de 31,7 milliards de bouteilles.

Cet engouement pour la dive bouteille s’explique par l’arrivée sur le marché de nouveaux pays s’ouvrant au vin ainsi que par un changement de mode de vie des consommateurs. En effet, on constate que 39 % de la production de vin est consommée en dehors des pays européens contre 31 % en 2000. Si les États-Unis sont devenus les 1ers consommateurs suivi de près par la Chine ; le taux de consommation par habitant est encore faible.

Comment acheter ?

L’investissement peut s’effectuer auprès des primeurs, des producteurs, des cavistes ou encore aux enchères. Pour ceux qui n’ont pas la connaissance du vin et la patience d’attendre, il est également possible d’acquérir des caves clés en main par le biais d’organismes spécialisés ou le faire à travers un fonds d’investissement. Le ticket d’entrée ne sera pas le même selon votre choix d’investissement (une cave clé en main ou un produit financier nécessite un investissement d’au moins de 10 000 €).

  • Tous les vins ne se valent pas. Concentrez-vous sur les vins français issus de vignobles prestigieux : Bordeaux, Bourgogne et Côte du Rhône.
  • Les vins « spéculatifs » sont peu nombreux (1er crus classés, domaines prestigieux).
  • Seules les bonnes années se valorisent idéalement. Les bouteilles les plus chères sont toujours de grands millésimes.
  • Evitez d’acheter des vins blancs car à part Château Yquem aucun n’est mondialement connu. Peut-être un jour, quand les femmes chinoises se mettront au vin.

Conservation et patience :

Le vin est un bien périssable. A ce titre, sa conservation est essentielle et doit être effectuée avec le plus grand soin (maintient à des températures précises et constantes et dans un endroit suffisamment humide). Les bouteilles se revendront d’autant mieux si elles sont dans un état irréprochable.

Le temps est l’allié du vin afin qu’il puisse exprimer la plénitude de ses arômes. Si vous avez bien sélectionné vos flacons et respecté les règles de conservation ; alors votre investissement devrait se valoriser dans le temps. En général, il faut garder au minimum 7 ans un vin pour espérer que votre investissement soit rentable.

La qualité d’un bon millésime se répercute sur la garde de la bouteille. Plus la garde est longue, plus la valorisation est importante.

Du vin autrement :

a. La cave clé en main :

  • Depuis quelques années ont a vu apparaitre des sociétés qui commercialisent des caves personnalisées. Il faut savoir qu’elles ne sont pas soumises à un organisme de contrôle officiel type Autorité des Marchés Financiers (AMF). Aucune réglementation spécifique ne régit cette activité. L’unique contrôle est exercé comme dans toutes sociétés par des commissaires aux comptes.
  • La valorisation s’appuie sur les estimations réservées aux professionnels (les ventes aux enchères et les ventes entre professionnels). Favorisez les sociétés transparentes (ex : actionnaire fournisseur).

b. Un placement financier :

  • Il est possible pour les néophytes à la culture du vin d’investir sous la forme de placements financiers (Fonds Commun de Placement ou Société d’Investissement à Capital Variable). Ce type de support financier ayant cette thématique est apparu, il y a moins de 10 ans. Les actifs détenus par ces Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) sont majoritairement investis dans le vin et plus particulièrement dans les grands crus français et internationaux. Les vins sont sélectionnés sur la base de critères spécifiques (zone géographique, qualités œnologiques, …) et sont négociés auprès d’une plate-forme de référence et de négociants reconnus.
  • Investissez dans des fonds qui ont été déclaré en France auprès de l’AMF. Souvenez-vous du fonds AWM (un fonds off-shore) mis en liquidation il y a 10 ans ou encore Heritage Fine Wines qui c’est également effondré… Sans oublier plus récemment les problèmes de liquidité d’un fonds luxembourgeois incapable de faire face à une demande importante de rachats.

Fiscalité :

a. La plus-value :

  • 1. Bouteilles :
  • Les plus-values sur bien meubles réalisées par les particuliers dans le cadre de la gestion de leur patrimoine sont soumises à l’impôt selon un barème sensiblement identique à celui des plus-values immobilières. Toutefois, il existe quelques différences :
  • Les biens meubles dont le prix de cession est inférieur ou égal à 5 000 € sont exonérés (CGI art. 150 UA, II-2°). Cette disposition s’applique cession par cession.
  • Un abattement de 5 % par année de détention au-delà de la 2ème, pour une exonération totale au bout de 22 ans (CGI art. 150 VC, I-2e).
  • La plus-value ainsi calculée est imposée au taux de 19 % auquel il faut rajouter les prélèvements sociaux de 15,5 % soit un total de 34,5 %.
  • 2. Sous forme de produits financiers :
  • Voir l’article sur la fiscalité des valeurs mobilières.

b. ISF :

  • Les vins, à moins d’être des objets de collection, doivent être déclarés à l’ISF. Ils peuvent être évalués selon différentes méthodes. Les placements financiers dont la thématique est le vin doivent également être déclaré à l’ISF.

c. Succession :

  • Le vin « physique » en tant que bien meuble ainsi que sous forme de placements financiers rentre dans la succession. A ce titre, il donne lieu au paiement de droits à l’administration fiscale, appelés « droits de succession ». Ils correspondent à un barème de taxation appliqué sur la valeur nette des biens laissés par le défunt, répartis entre les héritiers et les légataires.
  • Pour le vin « physique », il est possible d’opter pour le forfait mobilier. Celui-ci se calcule sur l’ensemble des valeurs et biens meubles et immeubles, autres que les meubles meublants, imposables en France qui composent l’actif brut successoral, avant déduction du passif (montant = 5% de la valeur de la masse successorale).

En matière d’investissement, il faut toujours avoir à l’esprit qu’il n’existe pas de rentabilité sans risques. Comme je l’ai évoqué l’investissement dans le vin nécessite un minimum de précautions à prendre afin d’éviter les pièges. Si votre intérêt pour ce type de placement est moins guidé par la passion que par souci de diversification, alors faites-vous aider par un Conseiller en Investissement Financier (CIF) qui définira avec vous si ce type d’investissement est adapté à vos attentes et vos objectifs (risques, montant de l’investissement, …). Il sera à même de vous orienter et vous conseiller au mieux de vos intérêts. Si ce type de placement vous correspond, il se chargera de vous trouver le support qui lui semble le mieux adapter pour une valorisation future.

Dans le cadre d’une meilleure protection des investisseurs, la loi de sécurité financière n° 2003-706 du 1er août 2003 a créé un nouveau statut spécifique : le conseiller en investissements financiers (CIF). Son activité est contrôlée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). A ce titre, il possède une couverture en Garantie Financière et Responsabilité Civile Professionnelle.
laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire