Placement invest

Le Forex

0

Le Forex :

Qui n’a jamais reçu un courriel racoleur vous faisant miroiter de « multiplier votre salaire par trois » ou encore de devenir « riche en quelques clics » grâce au Forex. Combien d’entre nous ne demande qu’à croire  ces offres plus qu’alléchantes. Toutefois, il faut raison garder et chercher à comprendre ce qui se cache derrière cet acronyme.

Qu’est-ce que le Forex ?

Le Forex (Foreign Exchange Market) désigne le Marché des Changes. On y échange les devises internationales. Sa création remonte à 1973 suite à la mise en place d’un  régime de taux de change flottant. Avec les nouvelles technologies, les mouvements de capitaux se sont accentués c’est pourquoi, ce marché a évolué en 1990. En effet, le Forex était jusqu’alors réservé aux institutions financières ; ce qui n’est plus le cas. Il est, depuis, accessible aux investisseurs et traders particuliers qui souhaite spéculer sur les devises.

 Compte tenu du volume échangé et de sa liquidité, le Forex est le marché financier le plus large et le plus important au monde.

Les caractéristiques :

  • Le marché Forex opère 24 heures/24, quasiment 7 jours sur 7
  • Ce marché n’est pas réglementé puisqu’il s’agit d’échange de gré à gré (Over The Counter).
  • De ce fait, Il n’existe pas de place financière organisant la cotation de devises avec un carnet d’ordres.
  • Forte liquidité (volume quotidien de plus de 5 300 Milliards de dollars).
  • Vous pouvez profiter à la hausse ou à la baisse des marchés.

Comment fonctionne la cotation de devises ?

Les devises sont cotées par paires. En effet, il est tout à fait logique d’une devise soit comparée à une autre. La 1ère devise listée est appelée la devise de base, tandis que la 2ème est appelée devise de contrepartie ou devise de contre-valeur. De ce fait, on parlera par exemple de cotation Euro contre dollar (EUR/USD). A noter que le Forex utilise  les codes internationaux pour nommer les devises.

Leur cotation est affichée sur quatre décimales. La plus petite différence de cotation possible est appelée le pip (4ème décimale de la cotation). Par exemple, si le cours de l’EUR/USD passe de 1.4305 à 1.4307, alors on dira que le cours est monté de 2 pips.

Les différents acteurs :

  • Les Banques centrales :

Elles interviennent principalement dans le cadre de la gestion de leurs réserves en devises et en papiers d’État. Elles cherchent également à peser sur les cours de change de leur monnaie (achat ou vente). Les transactions des Banques centrales représentent environ 5 % à 10 % du total des volumes réalisés sur le marché des changes.

  • Les banques commerciales :

Il s’agit en principe des interlocuteurs finaux des autres intervenants du marché. Elles proposent à tout moment des prix acheteur et vendeur à leurs clients en réalisant des profits (market making). Elles représentent 50 % des transactions enregistrées aujourd’hui.

  • Les courtiers :

Certains fournissent seulement l’accès au marché et se posent en intermédiaire entre acheteurs et vendeurs sur une paire de devises. D’autres, en revanche, font du market makers et cherchent en plus à réaliser des profits grâce aux opérations de leurs clients en proposant à tout moment un prix acheteur et un prix vendeur.

Le courtier se rémunère sur l’écart (spread) entre le prix de vente et le prix d’achat des devises. La liquidité du Forex étant très élevée, ce spread est généralement très faible, de l’ordre de 1 à 3 pips sur les principales paires de devises.

  • Les entreprises multinationales :

Elles interviennent sur le Forex afin de gérer le risque de changes dont elles peuvent être exposées (ex : AIRBUS produit en Euros et vend en Dollar). Elles peuvent également se servir du marché des changes dans le but de payer un fournisseur étranger ou de rapatrier des profits faits dans d’autres devises.

  • Les investisseurs institutionnels : (Les zinzins)

Ces acteurs interviennent sur le Forex, en général, afin de couvrir des positions sur leurs portefeuilles d’actions et/ou obligataires. Toutefois, certains investisseurs institutionnels tels que les hedge funds (fonds spéculatifs), gèrent des portefeuilles de devises. Leur objectif est d’engranger des profits en prenant des positions spéculatives sur les devises. Leurs transactions représentent 30 % du total des transactions effectuées sur le marché.

  • Les investisseurs particuliers :

Avec internet et les différentes plates-formes de trading ; le Forex est devenu accessible aux particuliers. Les volumes de transactions des investisseurs particuliers représentent aujourd’hui plus de 5 % du volume total des transactions réalisées sur le marché des changes.

Avantages :

  • Grande amplitude des horaires d’ouverture du Forex :

Les centres financiers du marché des changes sont situés sur plusieurs fuseaux horaires, ce qui évite d’être tributaire des horaires d’ouvertures d’un marché en particulier. Le Forex cote 24 heures sur 24, du dimanche 22h au vendredi 23h.

  • Peu de valeurs à surveiller :

Contrairement aux marchés des actions, le Forex ne propose que quelques dizaines de devises différentes. Toutefois, il y en a cinq ou six majeures qui concentrent l’essentiel des transactions.

 Selon la dernière enquête triennale de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) publiée en 2013, le dollar des États-Unis reste la principale monnaie véhiculaire, présente dans l’un des volets de 87 % des transactions. L’euro conserve la deuxième place, mais il est en recul, à 33 % (avril 2010 : 39 %).
  • Faibles coûts de transaction :

Les frais de transaction sont marginaux. De ce fait, il est possible à l’investisseur de réaliser de nombreux allers/retours sans être pénalisé par les frais d’ordres.

  • Facilité de jouer la hausse comme la baisse :

Le fait que les devises soient traitées par paires, l’investisseur peut jouer une devise contre une autre. Par exemple, afin de profiter de la baisse d’une devise, il suffit de la vendre contre une autre. De ce fait, Il est donc très facile de jouer aussi bien à la hausse qu’à la baisse.

  • Effet de levier :

L’effet de levier sur le Forex peut être très important (100, voir plus). De ce fait, cela permet de multiplier idéalement les gains réalisés. Toutefois, l’inverse peut se produire aussi.

Inconvénients :

  • Marché non réglementé :

Le Forex est entièrement dématérialisé et décentralisé. En effet, il n’est rattaché à aucune place financière particulière. Il s’agit donc d’un marché non régulé. Toutefois, Il existe dans le marché des changes des compartiments régulés -de taille très restreinte- qui offrent des produits dérivés (par exemple des warrants) comme instruments de couverture et de spéculation.

  • Risque de l’effet de levier :

Si ce système peut être dans certains cas un avantage, il peut devenir également un inconvénient. En effet, si celui-ci est trop élevé cela peut conduire à perdre très rapide 100% de son capital. Il faut savoir utiliser l’effet de levier avec une très grande précaution.

  • Sensibilité aux statistiques économiques :

Les statistiques économiques ont une très forte influence sur le cours des devises. De ce fait,  il est difficile pour un investisseur non expérimenté d’interpréter ces éléments.

  • Une volatilité très importante :

Le trader particulier représente une goutte d’eau au regard des grands opérateurs (Banques centrales, Hedge funds, …) qui officient sur le Forex. A ce titre, il peut subir à tout moment un violent mouvement de marché par la simple intervention d’acteurs significatifs.

  • Risque d’escroquerie :

Il y a une recrudescence de plateformes fictives compte tenu de l’engouement des investisseurs particuliers.

Pour conclure :

Si vous êtes un adepte des sensations fortes alors le Forex devrait vous combler. Plus sérieusement, à mon sens, pour les particuliers ce marché est un marché « casino ». En effet, L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) dans une étude ressente portant sur un échantillon de 15 000 investisseurs particuliers, clients de sites internet autorisés à mis en lumière que sur la période 2009 à 2012, 9 clients sur 10 ont perdu de l’argent sur le Forex (perte moyenne de l’ordre de 11 000€).

Contrairement à ce que laisse croire bon nombre de site internet, on ne s’improvise pas « trader » du jour au lendemain sans un solide bagage. En effet, ce type d’activité requiert des connaissances en mathématiques et en informatique élevées, sans oublier une bonne compréhension économique des marchés.

 Vieil adage paysan oblige, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Pour ceux qui souhaitent investir sur le Forex, ne consacrer pas plus de 5% de votre patrimoine à ce marché. De plus, n’utilisez que l’argent dont vous n’auriez pas besoin dans un délai proche.

Je vous engage plutôt à jouer sur les devises par le biais de warrants, certificats ou trackers. En effet, ce sont des produits qui sont émis par des banques et homologuées par les autorités de marché.

 

laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire