Placement invest

Comment choisir une obligation ?

0

Comme pour tout investissement, la sélection d’une obligation s’effectue en fonction de sa qualité (solidité de l’entreprise) et de la tolérance au risque de l’épargnant sans oublier les objectifs financiers poursuivis.

Ce type d’actif comporte toujours une part de risque, même faible. En effet, l’émetteur peut :

  • Faire défaut (faillite = perte totale ou partielle du capital investi)
  • Restructurer sa dette (réduction de la rentabilité, rééchelonnement de l’obligation).

Afin de mieux appréhender l’investissement dans des obligations et compte tenu de la variété de l’offre (obligation à taux fixe, à taux variable, etc…), il est primordial de connaitre les éléments à prendre en compte.

Les critères à prendre en considération :

  • La maturité (durée de vie) : Elle mesure le temps nécessaire jusqu’à ce que le montant principal de l’obligation soit remboursé. La durée de vie d’une obligation varie de quelques mois à plusieurs décennies (cas souvent des emprunts d’Etat).
 Plus l’échéance d’une obligation est lointaine et plus le risque est réputé élevé (risque de crédit). En effet, la possibilité qu’un évènement défavorable survienne est important. De ce fait, la sensibilité est plus élevée que celle d’une obligation ayant une durée de vie plus courte.
  • La valeur nominale : Il s’agit de la valeur faciale de l’obligation. Celle-ci a été fixée à l’émission. Cela correspond au montant sur lequel sont calculés les intérêts. Il s’agit de la part d’emprunt qui a été effectivement souscrite. A l’échéance, l’obligation sera remboursée sur cette base.
  • Notation de l’émetteur (Rating) : Elle représente la sécurité et la solvabilité de l’émetteur. Plus la signature de l’émetteur est de qualité, moins la rémunération proposée est importante. A contrario, un émetteur dont la solidité financière est moins sûre sera obligé, afin d’emprunter sur le marché, d’offrir une rémunération supérieure à celle proposée par un émetteur plus sûr. La qualité de signature d’un émetteur (notation ou rating) est établie par des agences de notation indépendantes (cf. paragraphie : « Notation d’une obligation »).
  • Coupon (Rémunération) : Il s’agit du montant des intérêts dus par l’entreprise en contrepartie de la somme prêtée par l’investisseur. Celui-ci est versé annuellement aux détenteurs d’obligations. Le coupon dépend du niveau des taux d’intérêt, de la durée de vie de l’obligation (plus l’emprunt est long, plus le taux est élevé) et de la qualité de l’émetteur (rating).

⇒  Le taux facial d’une obligation permet de calculer le montant du coupon obtenu par application de celui-ci à la valeur nominale de l’obligation. A noter que ce dernier ne prend pas en compte la date effective des flux de trésorerie.

 Le taux de rendement actuariel (TRA) d’une obligation correspond au taux annulant la différence entre le prix d’émission et la valeur présente des flux futurs qu’elle génère. Celui-ci est calculé au jour du règlement et figure obligatoirement dans la brochure d’émission. Pour l’investisseur, le taux actuariel représente le taux de rentabilité qu’il pourrait obtenir en conservant l’obligation jusqu’à son échéance et en réinvestissant les intérêts au même taux actuariel.

  • Modalité de remboursement : Il s’agit de l’opération par laquelle l’émetteur va s’acquitter de sa dette. Elle se fait par remboursement à l’échéance prévue à l’émission ou par amortissement (ex : par annuité).
  • Le remboursement par anticipation : Certaines obligations prévoient lors de leurs émissions la possibilité de remboursement par anticipation. A noter que la loi exige que cette information doit être indiquée dans le contrat d’émission.
 Certaines émissions font l’objet d’un prospectus soumis au visa de l’autorité des Marchés Financiers (AMF). Vous trouverez ce type d’information sur le site internet de l’émetteur ou sur le site : www.amf-france.org 

 

Notation d’une obligation : (Rating)

 

Afin de mesurer les risques liés à la solvabilité d’un émetteur d’obligations, différentes agences de notation attribuent une note à certains d’entre eux (ceux qui en font la demande expresse). Cette pratique aide l’investisseur dans sa décision.

Plus le risque sera grand et plus l’intérêt servi sera important et inversement.

obligation

 Lorsqu’il est indiqué « NR » (Not Rated) comme note pour S&P, cela signifie que l’obligation n’est pas notée. Concrètement, celle-ci n’est pas ou plus suivie par l’agence de notation.

Pour conclure :

Si l’épargnant a une aversion au risque, les obligations d’État sont généralement plus adaptées à ce type de profil. En effet, celui-ci aura des revenus moindres qu’avec des obligations moins bien notées, mais il aura en principe moins de risque.

Pour ceux qui souhaitent obtenir plus de revenus, en prenant davantage de risque, ils peuvent s’orienter vers les obligations de sociétés privées.

Pour les risques « tout », ils peuvent s’intéresser, en connaissance de cause, aux obligations à haut rendement de sociétés ou de collectivités locales.

Ceci étant, un bon moyen de limiter le risque est de miser sur un panier de plusieurs obligations. A cet effet, l’épargnant peut investir dans des Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) obligataire. En plaçant une partie de son épargne dans une Société d’Investissement à Capital Variable (SICAV) ou Fonds Communs de Placement (FCP) on dilue le risque (regroupe plusieurs lignes d’obligations et est géré par un professionnel).

                                                     Quelques conseils :

– N’investissez pas l’épargne dont vous aurez besoin à court terme. Il est important que l’échéance de l’obligation soit en adéquation avec vos objectifs d’investissement (durée et finalité).

– Avant d’investir, informez-vous sur l’entité émettrice et l’opération (prospectus soumis au visa de l’AMF).

– Pensez que toute revente d’une obligation avant son échéance peut entraîner un gain ou une perte

– Si vous souhaitez éviter les risques de taux et de liquidité, il vous faudra conserver votre obligation jusqu’à l’échéance. 

laurent BRACHET

laurent BRACHET

Fondateur du site Placementinvest
Conseil en gestion de Patrimoine (CIF)
Tel : 06 15 31 11 82
contact@placementinvest.com
laurent BRACHET

Les derniers articles par laurent BRACHET (tout voir)

Laisser un commentaire